• Le carillon de Forcalquier

     

     

    Un carillon unique en son genre, pour de multiples raisons :

     

    Son Histoire

    Le carillon de Forcalquier possède tout d'abord une histoire singulière, dont les origines ont plus de mille ans. En effet il a été bâti en 1925 pour les fêtes célébrant le millénaire de l'arrivée des reliques de Saint Mary. Si cette translation est historiquement attestée à cette époque, une très ancienne légende locale raconte que ce jour-là – en 925 assure-t-elle – toutes les cloches de la ville se mirent à sonner toutes seules, annonçant ainsi la venue de ces précieuses reliques, dont nul n'avait été informé. C'est en se référant à cette tradition que l'on fit, en 1925, édifier un carillon sur la colline dominant la ville, où les reliques du saint avaient d'abord été placées, à l'abri de l'un des rares châteaux que comptait alors la Provence.

    Le miracle des cloches

    Le millénaire

    Le carillon de 1939

    Le renouveau du carillon

    Etat actuel du carillon

     

    Sa situation

    Sa situation n'a pas d'équivalent. Tous les autres carillons occupent le sommet d'un clocher, d'un beffroi ou d'une tour où, qui plus est, de nos jours les bruits de la circulation couvrent très vite le son des cloches. Celui de Forcalquier s'ouvre de plain-pied en haut d'une colline, et le public peut y voir le carillonneur en action, deux traits ne se retrouvant nulle part ailleurs.

     

    Son répertoire

    Alors que tous les autres carillons jouent un peu de tout, de la musique classique à la variété, celui de Forcalquier se consacre essentiellement à l'interprétation des musiques de Provence et des Pays d'Oc, du Moyen Âge à nos jours.

    Il a aussi repris depuis 1982 les sonneries du Nadalet (autrement dit « Petit Noël »). Cette très ancienne coutume, commune à l'ensemble des pays d'Oc, se pratiquait encore en Haute Provence au début du XIXe siècle, sous le nom d'Antiennes de la neuvaine de Noël. Sorte de compte à rebours carillonnant l'approche calendale, le Nadalet retentit alors chaque jour du 17 au 24 décembre.

     

    Sa technique

    Grâce à son clavier manuel permettant le jeu traditionnel « à coups de poings », le carillon de Forcalquier est le seul de toute la Provence à être reconnu par la Guilde des Carillonneurs de France. Seul en effet ce jeu donne au son des cloches toute leur musicalité (qu'étouffe complètement l'électrification des mécaniques), et par conséquent permet à l'art campanaire d'atteindre sa pleine dimension.

     

    Sa place dans la vie sociale

    Véritable blason sonore de la ville, il rythme musicalement l'année forcalquiérenne. On l'entend pour les principales fêtes civiles et religieuses, publiques ou – à la demande – privées (baptêmes, mariages, etc.), les événements importants, et surtout chaque dimanche à midi, ainsi que, le plus souvent, les jours du marché.

     

    Son rôle touristique

    Placé sur un site dominant l'un des plus beaux paysages de la région, d'où l'on découvre les Alpes et la Sainte-Victoire, tout comme Lure et le Luberon, il voit des foules de plus en plus nombreuses monter à la Citadelle, non seulement pour mieux l'entendre (et aucun autre carillon ne s'entend déjà d'aussi loin), mais aussi pour voir cette chose qu'on ne voit dans aucun autre carillon au monde : un carillonneur en train de jouer.

     

     

     

    Sources :

    Le site du carillon de Forcalquier
    Patrice Poliart