• Le Carillon du Mont des Arts à Bruxelles

     

    Le Carillon du Mont des Arts à Bruxelles

     

    Situé à proximité immédiate du cœur historique de Bruxelles, le carillon automatique du Mont des Arts fait partie des « must » touristiques de cette ville. Il vient de bénéficier d'importants travaux d'entretien.

    Les bâtiments encadrant les Jardins du Mont des Arts (le Palais de la Dynastie, la Bibliothèque Royale et le Palais des Congrès) furent construits au milieu du 20e siècle suite à l'importante transformation de cet espace bruxellois dans le cadre de la réalisation de la jonction ferroviaire Nord-Midi. L'ensemble constitue le lieu-dit « Albertine ».

    Une des façades du Palais de la Dynastie, œuvre de l'architecte Jules Ghobert {1881-1973), est dotée, côté jardin, d'un monumental cadran d'horloge, d'un carillon et d'un jacquemart, le tout en service depuis 1965.

     

    Image HTML map generator

    Cliquer sur les personnages pour les agrandir

    Dans le sens des aiguilles et par ordre chronologique : le Gaulois, Godefroid de Bouillon (2e s.), Jacques Van Artevelde (13e -14e s. ; symbole de résistance à l'Étranger), Philippe le Bon (1Se s.), Charles Quint (16e s.), Pierre Paul Rubens (16e - 17e s.), le Comte d'Egmont (neveu de Charles Quint ; décapité à Bruxelles en 1568), le Combattant de 1790 (Révolution brabançonne), Charlier à la Jambe de Bois (Révolution belge de 1830), le Joueur de tam-tam (référence à la colonisation congolaise), le Soldat de la Grande Guerre, l'Ouvrier. Ces statues sont l’œuvre des sculpteurs H. van Albada, J. Vierset, E. Poot et H. Liénaerts.

     

    Le cadran mesure 7,80 m de diamètre et est situé au centre d'une étoile à 12 branches pointant chacune vers une statue d'environ 1,20 m de haut représentant un personnage de l'histoire de Bruxelles. Chaque statue sort pendant quelques secondes de sa « niche » au passage de l'heure la concernant .

    Après plusieurs années d'arrêt en raison de problèmes techniques, le mécanisme assurant l'animation de ces statues a été récemment remis en service (système hydraulique).


    Le carillon et son jacquemart

    En service depuis 1965, l'ensemble est constitué de 24 cloches signées Pierre Paccard 1964, dont 23 cloches de carillon (d'un poids total de 3.500 kg) et d'un bourdon (de 1.465 kg) utilisé pour l'annonce de l'heure. Toutes sont actionnées par électro-tinteur interne. La plus grande cloche du carillon (sol1) présente un diamètre de 1.010 mm. Le diamètre du bourdon (ré1) est de 1.340 mm.

    Onze des cloches du carillon sont visibles sous le cadran de l'horloge. Elles sont munies d'une couronne et d'un joug à fonction uniquement décorative. Les autres, dépourvues de couronne, sont logées à l'arrière des niches des statues historiques. Le bourdon est situé sur le toit de l'édifice, à côté du jacquemart.

    Neuf des onze cloches visibles sous le cadran représentent les provinces de Belgique et sont identifiables par les blasons qui les ornent. A noter que la province du Brabant n'était pas scindée en Brabant flamand et Brabant wallon lors de l'installation du carillon. L'iconographie des deux autres cloches à cet endroit symbolise les arts et la science. L'iconographie des cloches situées derrière les niches fait référence, par exemple, au roi Albert Ier (à la mémoire duquel l'Albertine est dédiée), à l'architecte Jules Ghobert, à l'espoir de paix des cœurs, à la sérénité, à la paix, etc. Le bourdon est décoré d'une couronne royale, de la devise « L'union fait la force » et d'une mention de l'implication de Staf Nees dans la conception musicale de ce carillon. Les cloches du carillon mentionnent également le nom de leur installateur, André Desimpelaere, de la firme Meridaan à Menin.

     

    Le Carillon du Mont des Arts à Bruxelles

    Cloche 1

    Le Carillon du Mont des Arts à Bruxelles

    Cloche 3

    Le Carillon du Mont des Arts à Bruxelles

    Cloche 7

     

    Le carillon a la tessiture suivante : sol1 - la1 - chromatique jusqu'à la 3. Au passage de l'heure, il joue deux mélodies s'alternant d'une heure à l'autre : le célèbre « Où peut-on être mieux qu'au sein de sa famille » du Liégeois A. Grétry et le non moins célèbre « Beiaardlied » (Chanson du carillon) de Peter Benoit. En partant de midi, le quart donne le fragment de l’air Grétry, à la demi-heure, la moitié de l’air, aux trois quarts quelques mesures de plus, l’heure qui suit, l’air entier. Le quart d’heure qui suit fera sonner un petit fragment de l’air de Peter Benoit, puis la moitié à une demi-heure et ainsi de suite. Le même air se répète toutes les deux heures. En certaines circonstances, le carillon sonne « la Brabançonne » de François Van Campenhout.

     

    Extraits sonores :

     

    Le jacquemart est une statue en bronze mesurant 2,6 m de haut. Oeuvre d'Henri van Albada, elle représente un « bourgeois de Bruxelles », coiffé d'un haut-de-forme à la mode des années 1830. Au passage de l'heure, il mime une frappe du bourdon d'un nombre de coups correspondant à l'heure à annoncer.

     

    Le Carillon du Mont des Arts à Bruxelles

     

    Une plaque visible à gauche du monument identifie les personnages des 12 statues ornant la façade et reprend l'iconographie des cloches visibles. Quelques vidéos permettent de voir et entendre l'instrument sur Internet.

    Puisse cet instrument, longtemps encore, animer ce lieu de passage fort prisé des Bruxellois et des touristes.

     

    Remerciements :
    Nous remercions Jacques Sergeys des informations qu'il nous a aimablement transmises pour cet article.

     

     

     

    Sources :

    Bulletin Campanaire 2016/1 - n° 85 - pp. 24 à 27 - Serge Joris - En service depuis 50 ans : Le carillon du Mont des Arts (Bruxelles)
    Wikipedia : Carillon du Mont des Arts
    Le blog "Algrange à travers le temps"
    pour les photographies du cadran et des personnages
    Tchorski - Les petits carillons de Bruxelles

    Site intéressant :

    Notre patrimoine horloger