• Les cloches...

    Les cloches...Lors de la fête de Pâques, on voit revenir chez les chocolatiers et les confiseurs les délicieuses cloches en chocolat ou en sucre. La cloche est un des symboles de cette fête chrétienne. Dans notre région, il est habituel de raconter aux enfants que les cloches partent pour Rome et reviennent à Pâques, chargées d’œufs qu’elles déposent dans les jardins.

    Cette tradition date du VIIe siècle, où l’Église interdit de sonner les cloches en signe de deuil entre le Jeudi Saint et le Dimanche de Pâques afin de commémorer le temps qui s’écoula entre la mort du Christ et la résurrection. Pour le voyage, les cloches se munissent d'une paire d'ailes, de rubans ou sont transportées sur un char. Les enfants ont beau regarder dans le ciel, ils ne parviennent jamais à voir ces fameuses cloches de Pâques. Leur déception est cependant vite oubliée en découvrant les œufs cachés dans les jardins. Il n'en fut cependant pas toujours ainsi. En effet, des superstitions restées vivaces dans les campagnes avant le VIIe siècle, poussent les agriculteurs à voir dans le ciel des cloches " brillantes et rougeoyantes ". De nombreux paysans affirment en avoir vu filer au-dessus de leurs champs en faisant entendre un bourdonnement. En 587, Grégoire de Tours notait: "Nous vîmes pendant deux nuits de suite, au milieu du ciel, une espèce de nuage fort lumineux qui avait la forme d'un capuchon".

    Les cloches...Durant cette période avant Pâques, les cloches sont remplacées par des crécelles ou des martelets. Dans l’est de la France, pour remplacer les cloches "parties à Rome" pendant la Semaine Sainte, les enfants faisaient sonner leurs crécelles dans les rues, pour annoncer les offices. La crécelle remplaçait la sonnette de l’autel dans les paroisses et les monastères. Les enfants de chœur passaient plusieurs fois dans la journée. La première fois ils criaient : "Réveillez-vous". La deuxième fois : "Préparez-vous". La troisième : "Dépêchez-vous".

    La cloche est certainement l’un des premiers instruments sonores créés par l’homme. On trouve ainsi des cloches de bois réalisées par quantité de peuplades primitives.

    Les cloches...Un document chinois daté de 2260 avant Jésus-Christ rapporte que l’Empereur Hoang-ti fit fondre douze cloches. Des cloches de bronze datées de 1100 avant J.C. ont été retrouvées en Chine. Le plus vieux carillon date de 500 avant Jésus-Christ. Composé de 65 cloches, il était également d’origine chinoise.

    La Chine est donc le berceau de la cloche. La cloche pénétrera en Gaule et c’est principalement l’Église catholique et plus particulièrement les moines qui vont en faire un instrument religieux. Saint Patrick emmena en Irlande (vers 440) de nombreux évêques mais également des fabricants de cloches. Celles-ci étaient en fer brasé et devaient être frappées par un maillet. La cloche servait essentiellement à appeler les moines aux offices religieux. La mention du premier clocher apparaît en 735. Charlemagne ordonne que les prêtres fassent sonner les cloches à certaines heures du jour et de la nuit (801). En 817, il fut décidé que chaque église paroissiale devait être munie d'au moins deux cloches.

    Les cloches...La cloche devint rapidement un instrument de communication. Le pouvoir civil s’empara donc également de la cloche et l’on construisit des beffrois car les cloches permettent d’informer rapidement la population. Placées soit dans un clocher si elles sont religieuses, soit dans un beffroi quand elles sont civiles, les cloches scandent les heures et la vie de nos bourgs. On les entend sans les voir et elles accompagnent souvent nos balades.

     

    Au cours des siècles, leurs sons ont été utilisés pour délivrer différents messages : alerte, information, appel civil ou religieux.

    Jusqu’il y a quelques siècles, la majorité de la population ne disposait pas de moyens pour mesurer le temps. La cloche permettait à chacun, qu’il travaille en ville ou dans les champs, de connaître l’heure.

    La cloche va pouvoir informer instantanément la population lors des sinistres, des incendies, des invasions, et de toutes sortes de périls (le tocsin). Elle avertit aussi les citoyens des assemblées du Magistrat, des passages de troupes, des fêtes.

    On avait coutume jusqu’à une époque récente, durant les soirées de tourmente, l’hiver, de sonner les cloches pour guider les voyageurs attardés ou égarés dans la neige ou le brouillard.

    Avant l’invention des phares, la cloche servait aussi à guider les marins à travers les rochers de la côte. Les cloches installées aux passages à niveau signalaient aussi le danger que pouvait représenter l’arrivée d’un train.

    La "cloche des morts", « le glas », semble remonter au VIIIe siècle. Son but est d’annoncer à toute la communauté la mort d’un de ses membres.

    Selon la tradition, les cloches éloigneraient la foudre, la grêle, grâce à leurs sonneries. Dans de nombreuses régions, il y a encore quelques années, les agriculteurs pensaient que les cloches avaient le pouvoir d’éloigner les orages.

    La cloche peut cependant servir indirectement à prédire le temps. Celui qui entend le son des cloches d’un village voisin peut savoir d’où vient le vent et dire s’il annonce la pluie. La cloche sert aussi d’indicateur en cas de tremblement de terre. Elle permet de déterminer la direction des ondulations du sol.

    Il y aurait encore bien d’autres aspects à aborder dans cet article, mais nous en resterons là aujourd’hui. Parler des cloches, c’est bien, les entendre c’est mieux.

    « Sonner les cloches » de quelqu’un est une métaphore très claire de la colère, basée sur "les cloches", donc le bruit. De plus, le verbe "sonner" connote la violence si on le comprend dans le sens de "frapper", la cloche symbolisant la tête.

    Avoir « l’esprit de clocher » c’est-à-dire l’attachement à son pays.

    Les cloches sont restées une référence pour un lieu de vie. « Etre de la cloche » c’est, dans cette expression familière, désigner une personne vivant dans le dénuement en milieu urbain. Il est rare qu’un clochard « se tape la cloche » bien souvent, c’est-à-dire qu’il mange beaucoup.

    Il a plus de chance d’ « avoir déménagé à la cloche de bois », qu’il soit parti de manière clandestine et sans payer.

    Le langage courant actuel garde dans ses expressions des références aux cloches. Dire de quelqu’un que « c’est une cloche », c’est dire que c’est une personne dénuée de bon sens ou d’intelligence ; « Je raisonne (ou résonne) comme une cloche ».

    Vous n’êtes pas obligé de me croire car comme le dit l’adage : « Qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son ».

    Sur les territoires où les troupeaux d’élevage sont conduits dans des pâturages collectifs, les paysans attachent des clochettes au cou des bêtes. Ces cloches possèdent plusieurs utilités : identification des animaux appartenant à un troupeau particulier, localisation des bêtes, notamment en cas de brume, et cohésion du troupeau.

    Les cloches...Le terme « sonnaille » s’applique aux cloches qui sont forgées ou formées à l’aide de plaques soudées. Ces cloches légères sont généralement fabriquées en tôle de fer rivetée, de forme trapézoïdale, cylindrique ou en forme de coupe.

    Les cloches...Le terme « clarines » s’applique aux cloches de bovin en bronze ou laiton de fonderie qui sont plus lourdes. En effet, avec le temps et pour certains agriculteurs, les cloches de bétail cessent d’être exclusivement utilitaires pour devenir une tradition. De plus en plus grandes, plus belles, avec des courroies décorées, elles agrémentent ainsi les alpages de superbes sonneries, musique agreste, qui sont la fierté du paysan. Les plus anciennes clochettes pour bétail datent de l’an 1700 et les premières grandes cloches de vache (diamètre environ 20 cm) ont été coulées vers 1830.

    Les cloches...Les cloches sont aussi utilisées comme des instruments de musique, organisées en carillon : un ensemble d’au moins 4 cloches (quadrillion) couvrant tout ou partie de la gamme. Cependant l’ensemble campanaire n’est souvent reconnu en tant qu’instrument de musique que si le nombre de cloche est supérieur ou égal à 23. Un tel ensemble peut être commandé, soit par un seul musicien par l’intermédiaire d’un clavier "coup de poing" ou artisanal et d’un système de transmission, soit par un ensemble de joueurs de cloches, commandant chacun à la main une ou plusieurs cloches aux tons différents. Certains carillons sont composés de cloches dont le corps est constitué d’un simple tube métallique : ce sont des cloches tubulaires.

     

    Sources :

    La Gazette d'Orléans - 9 avril 2011

    Pol Jehin

    .